Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte de la boutique et prenez votre dose de culture quotidienne. Chaudonnaise d'âme.

Le prince Philip à Gordonstoun...

La série Netflix The Crown nous décrit "Gordonstoun" comme un véritable enfer pour riches ados de la haute société...

Vous trouverez ci-dessous l'article d'Henri Pierre, dans Le Monde du 25 janvier 1962...

Quand Charles se vit obligé, lui aussi, d'intégrer la pension Gordonstoun plutôt qu'Eton comme le souhaitait sa mère.

Sur Eton...

Lire mon article sur ce blog :

Mon reportage à Eton, l'école des rois

Les deux fils du prince Charles : William et Harry iront à Eton et non à Gordonstoun.

.......................

Londres, 24 janvier. - Le prince Charles ira à l'école de papa ! Plus exactement, à l'école de Gordonstoun, en Ecosse, que fréquenta son père, le duc d'Edimbourg, il y a vingt-neuf ans. La décision royale représente sans aucun doute un succès pour le clan " progressiste " du palais de Buckingham. Mais plus encore une victoire de l'autorité paternelle. On dit, en effet, que la reine eût préféré un autre établissement. La tradition, en tout cas, aurait voulu que le prince de Galles, héritier du trône, aille dans une de ces fameuses écoles privées (appelées curieusement ici " Public Schools " !) et, avant tout, à Eton, qui n'a cessé de produire des générations de gentlemen, ministres, députés, hommes d'Eglise, chefs d'industrie, etc.

Le prince Philipe en a décidé autrement : son fils ne portera pas le pantalon long, la jaquette, le col dur et le tube des Etonians. L'uniforme de Gordonstoun est moderne : culotte courte et chemise ouverte.

Une éducation à la prussienne

En dehors de son attachement personnel pour son ancienne école, et surtout pour son ancien maître, le Dr Hahn, le duc d'Edimbourg estime que Gordonstoun est la meilleure école pour former le caractère. Le Dr Kurt Hahn, son fondateur, était un juif allemand réfugié en Grande-Bretagne en 1932. Il imposa à l'école son idéal d'éducation de type prussien, et la dirigea jusqu'en 1953. Il fut alors remplacé par M. Chew. Les exercices physiques et le travail manuel y occupent une place très importante. Les fils de banquiers et de pairs du royaume côtoient les enfants de dockers et de pêcheurs, qui bénéficient de bourses d'études. Tous font des travaux de terrassement, frappent l'enclume, et multiplient les excursions et escalades. Selon le Dr Hahn, c'est là que les enfants prennent conscience que l'intérêt du groupe doit passer avant tous les autres.

Contrairement à la tradition, les châtiments corporels sont réduits au minimum, encore que, dans certains cas extrêmes, le censeur des études estime devoir recourir aux coups de canne traditionnels donnés avec le cérémonial habituel. Pas de dictature des chefs de classe ni brimades. Le Dr Hahn croit aux vertus de l'autodiscipline, et il a prévu un système de punitions que l'enfant coupable d'une faute doit s'imposer à lui-même.

" Pas de balai, balayez quand même !"

D'une manière générale, le régime est assez Spartiate. Par tous les temps, lever à 7 heures et course dans la campagne en petite tenue, douche froide; les lits doivent être faits, les placards nettoyés, le dortoir balayé avec ou sans balai, selon les traditions héritées de la caserne ! Après le breakfast, classes jusqu'à 13 heures ; après le lunch (patates bouillies) une excursion lointaine, travaux divers ou sports. Thé. Etude. Dîner (patates bouillies). Puis, encore une heure d'étude. Extinction des feux à 21 heures.

Le fils du duc de Bedford, lord Russell, qui s'échappa deux fois de cette institution modèle, n'a pas caché ce qu'il en pense : " Bel enfer! " Il a précisé que, parmi les punitions, figurent notamment la pelote, courir et marcher pendant plusieurs heures ou encore accomplir une marche de 50 kilomètres, sac au dos ! D'autres élèves en ont, au contraire, gardé un très bon souvenir.

Une affaire, peut-être, mais une affaire dorée, difficile d'accès étant donné son prix : 500 livres par an (environ 700 000 anciens francs), légèrement plus cher qu'Eton. Malheureusement, d'après ce qu'on dit, le niveau des études n'est pas très élevé, et les résultats académiques sont relativement faibles. L'éducation du caractère passe avant l'instruction proprement dite, comme dans la majorité des écoles britanniques. Et puis, aucun Anglais n'a jamais pensé que l'héritier du trône devait nécessairement être un fort en thème.

Henri Pierre

 

P.S. Voir ci-dessous le lien internet actuel du pensionnat Gordonstoun.

"It is with great sadness that Gordonstoun learned of the death on 9 April 2021 of one of its first pupils, HRH The Duke of Edinburgh.

His Royal Highness joined Gordonstoun in September 1934 at the age of 13 and attended the school for five years. He was the school’s oldest alumnus, having joined Gordonstoun in the year it was founded.

His Royal Highness was very happy at Gordonstoun and was deeply influenced by his time at the school. The Duke of Edinburgh’s Award, which has been earned by millions of schoolchildren around the world, was inspired by the challenges and unique education His Royal Highness experienced at Gordonstoun.

Prince Philip was a member of the ‘Watchers’, one of the school’s community services (and a precursor to the Gordonstoun’s Coastguard Service). He also developed his love of sailing at Gordonstoun, inspiring his life-long love of the sea. He was an excellent all-round athlete, becoming Captain of Cricket and Hockey. In his final year he became ‘Guardian’ (Head Boy) and took part in the ‘Moray Badge’: the inspiration for The Duke of Edinburgh’s Award. The Moray Badge encouraged local children to experience elements of a Gordonstoun education and to achieve success in physical activities, outdoor pursuits and service to the community. Prince Philip gave his name to the Duke of Edinburgh’s Award when it was made a national award in 1956 and it has now spread across the world to over 140 countries. Prince Philip took great pleasure in presenting Gold awards to its proud recipients throughout his life."

(... to be followed on the site)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article