Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Poussez la porte de la boutique et prenez votre dose de culture quotidienne. Chaudonnaise d'âme.

Chaudon. La chanson des oignons.

A de Chaudon, Chaudon, la vie est parfaite faite…
Les filles et garçons chantent en goguette guette…
C’est nous qui cultivons
Nous nous en glorifions
Les ptits oignons
Toute la saison
Et quand on est amateurs
Vraiment c’est un grand honneur
D’être fille ou garçon
Du grand bourg de Chaudon.

Cette chanson-là...

Je l'ai entendu chantée par Etienne Prémartin (né en 1930), bien sûr.

Mais aussi par Madeleine Gresteau (née en 1934).

C'est son papa, Edmond Legrand de Mormoulins, qui en a composé les paroles.

Sur l'air de la Marche des Cambrioleurs.

De Victor Lejal.

Elle a été chantée, pour la première fois, à la Fête des Prisonniers, le 12 septembre 1943.

Dans le château de Mormoulins.

Une vraie grande fête où avait été récolté beaucoup d'argent pour les absents.

Il y avait 2000 vélos qui attendaient. 

L'association organisatrice a enregistré douze ou treize cent francs d'entrées [1 Franc 1943 = 0,21552 €].

Vous remarquerez que tous les artisans et commerçants chaudonnais de l'époque sont cités avec leurs différents métiers :

Prémartin, Corsion, Bigard, les propriétaires des cafés...

Guinedot, père et fils, le maréchal-ferrant,

Godard Camille, le tonnelier,

Marigault, le saigneur. Qui allait de fermes en fermes pour tuer les cochons. A bicyclette avec tout son matériel dans un panier.

Gresteau, vanniers de père en fils depuis 1825,

et Ridreau, le menuisier de la Grande Rue, en charge de la fabrication des cercueils pour les villageois.

La fromagerie Daniel, en Grande Rue. Avec leurs fromages à la feuille.

Et aussi le maire et son conseil.

Le maire = M. Noël Huveau. 

Le secrétaire de mairie = l'instituteur M. Decourtye.

Le garde-champêtre = Charles Martel dit Charlot, puis Edouard Letellier.

Voilà...

A vous de chanter maintenant !

 

Liliane Langellier

[Les paroles qui suivent sont tirées de l'enregistrement d'Etienne Prémartin par les Ondes Buissonnières de Croisilles à l'automne 1994.]

Le Château de Mormoulins en 1925.

La chanson des oignons de Chaudon

 

Afin de vous distraire

Et de prendre l’air

Vous cherchez un coin pépère

 Un pti coin charmant

Sans beaucoup d’argent

Vous aurez de l’agrément

Venez à Chaudon l’pays à l’oignon

C’est en famille qu’nous vivons

Bistrot vous fait boire du Vittel citron

Mais vous n’aurez pas un amer picon

Plus chez Prémartin qu’chez Corsion.

A de Chaudon, Chaudon, la vie est parfaite faite…

Les filles et garçons chantent en goguette guette…

C’est nous qui cultivons

Nous nous en glorifions

Les ptits oignons

Toute la saison

Et quand on est amateurs

Vraiment c’est un grand honneur

D’être fille ou garçon

Du grand bourg de Chaudon.

En hiver, la pluie

Nous cause de l’ennui

Lorsque l'Eure quitte son lit

Mais dès les beaux jours

Joyeux troubadours

Viennent de tous les alentours

A l’hôtel Bigard

Ils descendent dare-dare

Pour y noyer leur cafard

Les r’pas sont copieux

Le vin est fameux

Et pour le plumard

Bien mieux qu’autre part

Tel qu’à l’hôtel des trois canards

A de Chaudon, Chaudon, la vie est parfaite faite…

Les filles et garçons chantent en goguette guette…

C’est nous qui cultivons

Nous nous en glorifions

Les ptits oignons

Toute la saison

Et quand on est amateurs

Vraiment c’est un grand honneur

D’être fille ou garçon

Du grand bourg de Chaudon.

Un roulement d’tambour

Ça éveille toujours

C’est le gard’champêtre du bourg

Qui annonce, malheur,

Que le percepteur

détient vos feuilles à douleur

Nos braves commères

La journée entière

Jabotent en s’croisant les bras

On dit que l’gars Blaise

Epousera Clara

Untel fait çi untel fait ça

Et patati et patata.

 A de Chaudon, Chaudon, la vie est parfaite faite…

Les filles et garçons chantent en goguette guette…

C’est nous qui cultivons

Nous nous en glorifions

Les ptits oignons

Toute la saison

Et quand on est amateurs

Vraiment c’est un grand honneur

D’être fille ou garçon

Du grand bourg de Chaudon.

Par ces temps crédié !

Tout’lmonde va à pied

Et on n’a plus de cordonnier

Le coiffeur crénom !

N’a plus de savon

C’est la barbe qu’on met l’menton

L’facteur Prémartin

Apporte chaque matin

Le mot d’amour des béguins

Les cultivateurs sont très généreux

Vous claquez du bec

Alors en moins deux

Vous vendent cinq ou six douzaines d’œufs

A de Chaudon, Chaudon, la vie est parfaite faite…

Les filles et garçons chantent en goguette guette…

C’est nous qui cultivons

Nous nous en glorifions

Les ptits oignons

Toute la saison

Et quand on est amateurs

Vraiment c’est un grand honneur

D’être fille ou garçon

Du grand bourg de Chaudon.

Au bruit du moulin

Mormoulins les bains

Fait la joie des Parisiens

Filles et garçons

Font mille plongeons

Pour effrayer le goujon

Le fils du meunier

D’un œil indiscret

Admire toutes ces nudités

On peut aussi voir

Du matin au soir

Un pécheur est là

Un bon vieux papa

Tout comme le zouave du Pont de l’Alma

A de Chaudon, Chaudon, la vie est parfaite faite…

Les filles et garçons chantent en goguette guette…

C’est nous qui cultivons

Nous nous en glorifions

Les ptits oignons

Toute la saison

Et quand on est amateurs

Vraiment c’est un grand honneur

D’être fille ou garçon

Du grand bourg de Chaudon.

On n’peut plus avoir

L’heure réglementaire

La sirène a du se taire

Guinedot frappe l’enclume

A coups de marteau

Godard frappe sur un tonneau

En guise de cafés

Tous les épiciers

Vous vendent de l’orge torréfiée

Et si vot belle-mère

Veut trop vous renifler

C’est à Marigault qu’faut vous adresser

Pour lui mettre un pti truc dans l’nez.

A de Chaudon, Chaudon, la vie est parfaite faite…

Les filles et garçons chantent en goguette guette…

C’est nous qui cultivons

Nous nous en glorifions

Les ptits oignons

Toute la saison

Et quand on est amateurs

Vraiment c’est un grand honneur

D’être fille ou garçon

Du grand bourg de Chaudon.

Pour votre marché un petit panier

Gresteau peut vous l' fabriquer

Et puis Ridreau sait faire un paletot

Qui vous fait pas d'plis dans l'dos

Fromage de Chaudon n'est pas trop mauvais

Mais je crois qu'on l'fait à Beauvais

Maintenant espérons revoir défiler

M'sieu l'maire son conseil et tous les pompiers

Au grand jour du 14 juillet.

A de Chaudon, Chaudon, la vie est parfaite faite…

Les filles et garçons chantent en goguette guette…

C’est nous qui cultivons

Nous nous en glorifions

Les ptits oignons

Toute la saison

Et quand on est amateurs

Vraiment c’est un grand honneur

D’être fille ou garçon

Du grand bourg de Chaudon.

Depuis plus d’trois ans

Epouses ou enfants

Gémissent là-bas dans les camps

Ces enfants de la France

Dont toute la souffrance

Font que la vive espérance

Un mot du pays

Un petit colis

Chassent un pti peu leurs ennuis

Leur unique soutien

C’est de nous qu’il vient

Leur seul réconfort

C’est de nous savoir forts

Nous devons donc braver le sort.

A de Chaudon, Chaudon, la vie est parfaite faite…

Les filles et garçons chantent en goguette guette…

C’est nous qui cultivons

Nous nous en glorifions

Les ptits oignons

Toute la saison

Et quand on est amateurs

Vraiment c’est un grand honneur

D’être fille ou garçon

Du grand bourg de Chaudon.

Ah de Chaudon  Chaudon

Que nos voix se lèvent, lèvent ,

Jusqu’à nos prisonniers

Arrivent sans trêve trêve

Du cœur de leurs enceintes

Qu’ils entonnent sans crainte

Les chants joyeux

Chantés pour eux

Aujourd’hui, c’est le grand jour

De leur prouver notre amour

Que demain soit le jour

De fête à leur retour.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article