Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez Jeannette Fleurs

Le blog culturel de Liliane Langellier

Gregory. Sur Netflix. Ce que j'en pense.

Ce nouveau scénario de la machination familiale glace Christine et Jean-Marie Villemin, qui n'avaient jamais mesuré la jalousie et la haine focalisées sur leur couple, au point d'emporter leur fils.
Patricia Tourancheau

Je l'ai "bingewatché" ce film de Gilles Marchand d'une traite hier après-midi 20 Novembre.

Impossible d'en décoller.

Voilà mes réflexions personnelles.

…………………………….

Quand tu termines la série, impossible de ne pas penser que c'est Bernard Laroche, aidé de Murielle Bolle, qui a enlevé l'enfant.

Pour le confier à un couple (Les Jacob ?)

C'est un documentaire bien fait.

Au tout début ambiance angoissante avec les appels téléphoniques du corbeau.

Plus d'une centaine d'appels.

Jusqu'à 27 appels par jour.

Etudiés par Thibaut Solano, journaliste indépendant.

Analogies avec "Le corbeau" le film d'Henri-Georges Clouzot (1943)

Ambiance angoissante soulignée par la musique de Yuksek.

C'est un documentaire bien fait.

Avec des extraits du livre "Le Seize Octobre" de Jean-Marie et Christine Villemin.

C'est un documentaire bien fait.

Qui exhume des heures et des heures d'archives télévisées inédites.

Et où l'on retrouve presque tous les protagonistes de l'époque.

1/ Jean Ker

Le photo-reporter de Paris Match, très mis à l'honneur lors des premiers épisodes.

Il a désormais près de 86 ans (51 ans lors de l'affaire).

Il est un peu pleurnichard.

Mais il n'esquive pas le fait d'avoir enregistré sur magnéto les P.V. du dossier chez le Juge Jean-Michel Lambert.

Cassettes qu'il a faites écouter aux Villemin.

Et qui a provoqué chez Jean-Marie Villemin un surcroit de haine.

Aboutissant au meurtre de Bernard Laroche.

Intéressant son témoignage sur sa visite chez la tante Louisette où il a trouvé Laroche.

Qui se cachait là. Par peur d'être tué par Jean-Marie Villemin.

Et qui lui a dit (texto) :

 "Ah bah parlons-en des Villemin, ils ont payé pour ce qu'ils ont fait !"

Et a enquillé sur une sombre affaire de coupe de bois, de livraison et de frais de fuel de son tracteur.

Importante précision : c'est Gérard Welzer, qui a laissé les P.V. d'audition de Bernard Laroche, de Marie Ange Laroche et de Muriel Bolle à disposition de Jean Ker. Qui les a lus. Et les a enregistrés.

2/ Isabelle Baechler.

Grand reporter au journal télévisé de l'époque.

Qui explique notamment comment Me Garaud est arrivé sur l'affaire.

 

3/ Denis Robert

 

Le journaliste de Libération.

Qui a écrit avec Isabelle Solal "L'affaire Gregory Villemin. Le roman de la Vologne".

Témoignage important car il nous décrit bien l'ambiance qui régnait, à l'époque, parmi les journalistes à Lépanges-sur-Vologne.

4/ Me Gérard Welzer

L'avocat de Murielle Bolle.

Nie totalement d'avoir rencontré lors d'un dîner (un couscous) de fin novembre 1984 Jean-Michel Bezzina et Jacques Corazzi.

Des frères en franc-maçonnerie.

Du Grand Orient de Nancy.

Réunion qui a abouti à diriger les enquêteurs vers la mère Christine Villemin.

in Laurence Lacour

5/ Marie-France Bezzina Lefèvre

L'épouse de feu Jean-Michel Bezzina.

Toujours intimement persuadée que c'est Christine Villemin la coupable.

Et osera dire "Quelle comédie !" quand on nous projette les images de Christine Villemin qui s'évanouit en larmes au cimetière.

Et aussi : "J'ai vu la maison et j'ai pensé que c'était un crime de femme."

Les Bezzina qui bossaient, en pigistes, sous de multiples signatures, pour plusieurs médias ont savamment orienté l'enquête.

"Sur RTL et dans 8 autres médias nationaux comme Le Figaro, France-Soir, Le Parisien ou encore Le Quotidien de Paris, "

Sur la culpabilité de la mère.

 

6/ Le capitaine de gendarmerie Etienne Sesmat

Honnête.

Tellement honnête.

S'en tient à la version de son livre :

Et au parcours de Christine Villemin.

7/ Le policier Jacques Corazzi

 

Propos sexistes de Corazzi.

Qui continue de nous dire que Christine Villemin était bandante...

Trouve normal que la gendarmerie ait été dessaisie de l'enquête au bénéfice de la P.J. de Nancy.

Mais a l'honnêteté de reconnaître le dîner avec Bezzina et Welzer.

 

8/ Le juge Jean-Michel Lambert

En prend pour son grade.

Toutes ses incapacités et ses fautes de procédure ont été largement soulignées.

"450 pages sur les 3.500 du dossier d'instruction rédigées par le juge Lambert sont à refaire…"

Qui prend une année sabbatique en 1987 pour écrire "Le petit juge" (Albin Michel).

Grâce auquel il passera chez Pivot à Apostrophes.

Où Philippe Labro l'allumera en lui reprochant de ne jamais nommer Bernard Laroche.

On comprend très vite au cours du documentaire que c'est à cause de ce juge Lambert que Bernard Laroche n'a pas été condamné.

Lambert sera muté à Bourg-en-Bresse dans un tribunal pour s'occuper d'affaires minimes.

Son suicide, le 11 juillet 2017, est une bien triste fin.

 

9/ Edith Gaudin. La greffière du juge Maurice Simon

 

Connaît très bien le boulot du juge.

Puisqu'elle était sa greffière.

Il a repris le dossier à zéro après le juge Lambert.

"Monsieur Simon avait décidé de tout recommencer" déclare Edith Gaudin.

La lecture des carnets du juge Simon est très émouvante.

 

10/ Marie-Christine Chastant-Morand

L'avocate actuelle des Villemin.

Qui fut, au début de l'affaire, l'adjointe de leur avocat Me Henri-René Garaud.

Avocat conseillé au couple Villemin par un journaliste d'Europe 1, Jean-Louis Calderon.

………………………

Ce que j'ai découvert.

Le témoignage de Guy Martinache, infirmier d'Albert et de Monique Villemin.

Celui de Sylvain Hebbat, journaliste indépendant.

 

Porté sur la communication avec l'au-delà.

Et qui a une révélation en allant sur la tombe du petit Gregory.

"Il m'a ensorcelé ! On rentre dans la case des sorciers dans cette affaire. Pour moi, cette affaire c'est le diable qui la mène !!!"

Et qui s'intéresse à la piste de la seringue d'insuline.

Avec laquelle le petit Gregory aurait été piqué avant d'être jeté dans la Vologne.

(NDLR Qui avait osé mettre un micro dans l'armoire à linge de la mère de Murielle Bolle…. Et qui a été condamné en conséquence.)

Témoignage intéressant aussi d'un autre gendarme de l'époque.

Qui a interrogé Murielle Bolle  : Yves Burton.

……………………………..

Mes critiques

Pas un mot sur Laurence Lacour.

Qui a pourtant écrit l'ouvrage de référence.

Mais, j'ai appris que, sollicitée par Netflix, Laurence n'a pas donné suite.

Ecoutez Laurence Lacour interviewée par Doan Bui de L'Obs.

 

On ne parle pas non plus du témoignage tronqué de la fermière, Marcelle Claudon.

Qui, avec son amant, Claude Colin, dans sa voiture, avait bel et bien croisé à 17 h 18 le 16 octobre Bernard Laroche et Murielle Bolle dans une voiture verte.

Elle, elle n'avait pas parlé parce qu'elle était avec son amant.

Et lui, parce qu'il ne pouvait pas dévoiler sa présence à Lépanges, car conduisant une voiture de société il ne devait pas se trouver là.

Son patron l'aurait licencié.

Lire ici.

………………………..

Quand on a terminé de visionner cette série documentaire.

On comprend que Murielle Bolle a été tabassée et menacée par sa famille pour avoir dénoncé son beau-frère.

Et que c'est, à cause de cela, qu'elle est revenue sur son témoignage.

On acquiert aussi la certitude que c'est Bernard Laroche, le coupable de l'enlèvement, aidé de Murielle Bolle.

Laroche aurait enlevé l'enfant pour le confier à un couple de sa famille (Marcel et Jacqueline Jacob ?).

Pas étonnant que Marie-Ange Laroche et Murielle Bolle aient été très inquiètes de la sortie de cette série documentaire.

Au point que Murielle Bolle en a écrit "Briser le silence" un (très mauvais) livre pour se justifier.

On comprend aussi que tout ça c'est la faute du petit juge.

On sent tellement mais tellement la patte de Patricia Tourancheau.

Qui a participé à l'élaboration de cette série et qui nous avait déjà écrit tout ça dans ses articles sur Les Jours.

Et dans son livre.

Et on ne peut que s'en louer.

Rappel utile :

Plus de 35 ans après les faits, personne n'a encore été reconnu coupable de l'assassinat de Grégory Villemin. 

Liliane Langellier

Gregory. Sur Netflix. Ce que j'en pense.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
je trouve passionnante la série netflix sur grégory. On y apprend le fiasco de la PJ avec un commissaire qui n'a aucune compétence pour réaliser une enquête vu que le jour de l'enterrement il a la CONVICTION que c'est la mère 9 ans d'erreurs judiciaires!!!! Bezzina qui fait l'opinion publique avec ses 8 journaux, sa femme sûrement malade qui continue à clamer que c'est la mère!!! et Welzer tellement content que BERNARD IL EST INNOCENT. Je ne veux plus entendre cette phrase.
Répondre
M
Que pensez du livre "justice pour Grégory" de Michel Muller. Le procureur l'a reçu et depuis il dit que l'on cva savoir la vérité alors que la justice n'y croyait plus. Bizarre non?
Répondre