Colère froide !

Publié le par Liliane Langellier

Je suis en colère…

Très…

Il faut se méfier des femmes vieillissantes…

Il faut se méfier des femmes qui n’ont pas réalisé ce qu’elles souhaitaient dans leur vie active.

Ou qui, tout simplement, n’ont pas vraiment eu de vie active !

Ou qui ont eu des histoires d’amour qui se sont mal terminées et qui en veulent à la terre entière…

L’une d’elles qui a déménagé d’ici il y a un an et demi, lire « Au secours le Secours ! », me hait tellement qu’elle est restée en contact avec trois de mes voisines pour savoir, au jour le jour, ce que je fais et ce que je dis.

Je l’ai découvert par inadvertance, cette discussion instantanée via Facebook chez l’une de mes voisines justement.

Et, je sais que ce n’est pas bon pour moi, car cette femme jalouse manipule et influence à distance les autres pour savoir ce que je vis…

Où je le vis et avec qui je le vis.

Je représente tout ce qu’elle n’est pas et ne sera jamais !

Sans compter les méchants conseils qu’elle doit refiler pour mieux me démolir.

La seule chose qu'elle puisse prétendre sur moi, c'est son âge, car elle a 20 ans de moins que moi.

Et elle conseille à ses copines de me sadiquer en me surnommant "la petite mammy" !

Ce qui, chaque fois fait un monumental splash, car je suis loin de faire mon âge !

Enfin…

Au moins, celle-là est à distance à Paray-Le-Monial, mais ce n’est pas ce lieu saint qui lui aura enseigné la bonté et la grandeur d’âme.

J’ai appris récemment (samedi dernier) qu’elle avait volé une petite retraitée (Eliette) qui lui avait prêté de l’argent pour acheter sa voiture. 

La dite Eliette a appris par la bande que la donzelle déménageait, avec le risque de ne voir jamais rembourser son capital !

Elle peut attendre...

Je sais aussi qu’elle n’a pas remboursé notre cher défunt Loïc qui lui avait avancé de l’argent pour aller à Noël chez ses parents…

Une belle personne à la belle âme, quoi !

Mais...

Mais j’ai vécu la pire des humiliations il y a environ trois semaines.

C’était le mercredi 31 mai. A  l'heure du goûter.

Il faisait un temps radieux.

J’avais promis à mon voisin, Gilles, de lui relire son mémoire côté fautes d’orthographe et de français.

Oui vous lisez bien, pas sur le fond mais sur la forme du dit mémoire.

Il m’avait déjà donné à lire l’exposé qu’il comptait faire au Club du Troisième Age en vue de l’obtention de son diplôme de moniteur d’auto école (ça se dit autrement de nos jours, mais on s’en fout !) avec pour thème « la conduite et les seniors ».

Il m’avait demandé de l’aider pour prendre les photos lors de son exposé au Club.

Ce que j’ai fait bien volontiers.

Les autres voisines étaient invitées mais elles ne sont pas venues.

Elles ne sont pas venues mais elles en ont conçu une vraie jalousie.

Donc, ce jeudi 1er juin, après-midi, l’une de mes voisines était à la maison quand mon amie Laurette est venue boire un verre frais.

J’avais, bien sûr, de quoi étancher leurs soifs dans mon frigidaire, et je leur ai proposé.

Et voilà que Gilles a débarqué avec sa perceuse pour quelques travaux sur ma petite terrasse et avec son ordinateur pour correction du dit mémoire.

Gilles, c’est un chouette voisin.

Un pote.

Mais…

Gilles est très beau, il a beaucoup de charme avec sa voix grave et ses petits tatouages.

Son look hollandais forever...

Alors évidemment…

Je suis restée seule avec lui pour lui indiquer les travaux sur ma petite terrasse.

Laurette et la voisine sont parties.

Mais très vite, la voisine est revenue sous prétexte que la porte du bâtiment d’en face était coincée et que ça ne pouvait pas attendre…

C’est surtout sa jalousie qui ne pouvait pas attendre !

Elle est en effet sa voisine la plus proche et elle peut lui demander sa foutue histoire de porte chaque jour que Dieu fait !

Gilles, imperturbable, a continué à jouer de la perceuse.

Et alors là, cette femme s’est littéralement transformée en mouche folle.

Elle s’est ruée chez ma voisine d’en face pour lui dire que je n’avais rien à lui offrir comme boisson, à part du thé ou du café (Charmant ! Alors qu’elle venait de se rafraîchir à la maison)…

J’ai corrigé le mémoire pendant environ deux heures.

Elles étaient réfugiées en face, guettant nos moindres mouvements. Ce qui était facile, car j’avais laissé ma porte fenêtre ouverte.

Et que j’étais dans les corrections.

Elles ont même carrément vu la petite amie de Gilles chez moi ( ???)

Des folles, je vous dis !

Mais j’ai trouvé odieux que cette voisine à qui j’offre régulièrement des boissons fraîches ou chaudes, aille jusqu’à dire que je n’avais rien à offrir à Gilles !

Cela m’a profondément blessée.

Mais je n’ai pas fini !

J’ai toujours travaillé avec des hommes que je ne vois pas comme des proies sexuelles mais comme des potes (je me répète !)

Comme nous avons un souci pour une régularisation des charges par notre bailleur qui se fout littéralement de nous en nous facturant une femme de ménage que nous n’avons jamais eue, je souhaitais aller voir à Chartres les justificatifs, qui sont « soi-disant » à notre disposition…

Mais je ne souhaitais pas y aller seule…

Même si je sais me battre car j'ai appartenu au Comité d'Entreprise et été déléguée du personnel à Publicis Conseil (750 collaborateurs).

J’ai donc, un soir où il passait à la maison, j’ai donc demandé à Gilles.

Pas de soucis !

Il sera en vacances et il a lui-même besoin d’aller les voir à Chartres !

Vous imaginez l’audace : monter en voiture avec lui !!!!!!!!!!!!!!!

Cette fois elles vont devenir carrément folles et me flinguer.

Elles sont bien contentes de voir que je me bats pour obtenir une justification des charges que nous ne devrions pas payer, mais pas avec Gilles !

Pas avec Gilles...

Heureusement, il va déménager, ce qui va les calmer un peu, pour un temps !

Mais voilà qu’hier soir, Gilles nous a annoncé qu’il avait été recalé à son examen…

Alors, tenez-vous bien..

Je la sens arriver celle-là !

Et bien oui, ça va être de ma faute, parce que je l’ai relu son mémoire.

Je l’ai relu, certes, mais pour les fautes d’orthographe, de grammaire et de français…

Chose qu’elles n’auraient pas été capables de faire.

Mais qu’elles n’acceptent pas que je sois capable de faire !

J’étais bien incapable de me prononcer sur le fond. Un peu d’humilité !

Oups…

Je crois bien que je vais entendre qu’il a été recalé parce qu’il a passé trop de temps chez moi !

Elles sont capables de tout et surtout du pire quand un homme entre en scène.

Moi, je suis peinée de son échec, mais je me suis souvenue en rentrant chez moi hier soir, qu’il avait un maître de stage.

Lequel maître lui a fait modifier l’introduction de son exposé pour les seniors.

Lequel maître était donc au courant du sujet et du contenu du mémoire qu’il avait lu et corrigé.

Ouf !

Elle n’est pas passée loin celle-là…

Alors quand ma nouvelle voisine me dit ingénument « Il y a beaucoup de femmes, ici ! » et que je lui réponds « 5 hommes sur 22 appartements ! »

Je le fais naturellement…

Mais c’est vrai qu’une plus grande mixité serait nécessaire.

Histoire de calmer les esprits.

Et de ne pas créer autant de jalousies.

Mais est-ce que cela calmerait vraiment les esprits ?

Pas sûr !

Cela créerait sans doute d’autres rivalités pour d’autres hommes…

Tout un poème, quoi !

Mais sans moi pour le déclamer...

Liliane Langellier

Colère froide !

Publié dans L'espiègle Lili

Commenter cet article