Friandises littéraires de Joseph Vebret

Publié le par Liliane Langellier

Sa couverture est rouge, toute droite et toute rigide...

Il est petit.

Il est petit mais il dit tout.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le monde littéraire.

Sur le monde littéraire, ses habitants, ses habitudes, ses naissances, ses morts, ses citations, ses frasques, ses premiers mots, ses derniers mots…

Mots en vrac. Et bien rangés…

Mots qui sont comptés…

« La recherche de Proust compte en tout 1.267.06 mots dont 42.707 occurrences de noms propres. »

Mots qui sont répertoriés…

Mots qui sont sagement classés…

Sagement classés et définis…

Acrostiche, Antanaclase (Reprise d’un même mot avec un sens différent : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point » (Pascal, Pensées), Assonance (Reprise d’une même voyelle dans une phrase) : « Lève, Jérusalem, lève ta tête altière » (Racine, Athalie), Hyperbate (Inversion de l’ordre grammatical) : « Et les muses de moi, comme étranges s’enfuient. » (Du Bellay)…

Auteurs que l’on suit dans leurs vies et dans leurs morts…

Morts avec leurs chers derniers mots, leur dernières paroles : « Ce n’est pas la mort que je crains, mais de mourir. » Montaigne (1593), « Dormir… enfin ! Je vais dormir ! » Alfred de Musset (1857), « Je veux vivre ! J’ai tout à faire ! » Guillaume Apollinaire (1918), « Je fais ce que je peux ! » Louis Aragon (1982).

Morts au combat : avec la Grande Faucheuse de la Grande Guerre : Charles Péguy (Septembre 1914), Alain-Fournier (1914), Louis Pergaud (1915), Paul Acker (1915), Guillaume Apollinaire (1918), et bien d’autres…

Morts aussi au cours de la Seconde Guerre Mondiale : Paul Nizan (1940), Max Jacob (1944), Antoine de Saint-Exupéry (31 juillet 1944), Robert Desnos (juin 1945) et d’autres encore…

Les mots de leurs morts, mais aussi les mots de leurs vies…

Décryptés ces pseudos dont certains s’affublaient : George Sand (Aurore Dupin), Stendhal (Henri Beyle), George Orwell (Eric Blair), etc…

Révélées leurs addictions aux paradis artificiels : Balzac et le café, Arthur Conan Doyle et la cocaïne, Baudelaire, Musset, Rimbaud, Verlaine et tous les autres avec leur haschich, Nabokov et la morphine, Jean Cocteau, Pierre Loti et l’opium, etc…

Révélés encore les noms des mères d’écrivains : Colette : Sidonie Landoy, Hugo : Sophie Trébuchet, etc…

Alignés les 10 noms des buveurs d’absinthe, la « Fée verte », aux prétendues vertus psychoactives propres à susciter l’inspiration, et qui fut interdite en 1915.

Enoncée la célèbre dictée de Pierre Louÿs : « Il y a quelque vingt ans, mon cher Hippolyte, nous pagayions sur ce ruisseau méditerranéen… »

Dictée qui devrait être obligatoire pour tous nos bacheliers !

Et encore les maîtresses de Balzac et ses adresses parisiennes, les 27 pseudonymes de Georges Simenon…

Un repaire aussi de citations diverses et variées ce petit livre :

« Les meilleurs livres sont ceux qui racontent ce que l’on sait déjà ». George Orwell,

« Qu’est-ce qu’un livre ? Le durcissement d’un moment de la pensée… » André Maurois ?

« Etre seule avec le livre non encore écrit, c’est être encore dans le premier sommeil de l’humanité. » Marguerite Duras.

Ceux qui ont fait de la prison, ceux qui ont refusé la légion d’honneur, le Club des Immortels, Les lauréats des prix littéraires, Goncourt, etc…

Les menus du Goncourt (et oui le jury mange aussi…)

Les prix littéraires listés et expliqués…

Les incipit (premières lignes d'un roman) les plus célèbres :"Appelez-moi Ismaël." (Herman Melville, Moby Dick, 1851).

Le questionnaire de Proust, bien sûr…

Le livre OuLiPo de Georges Perec « La disparition » un roman entièrement rédigé sans utiliser la lettre E.

Extrait : « Un voisin compatissant l’accompagna à la consultation à l’hôpital Cochin. Il donna son nom, son rang d’immatriculation à l’Association du travail. On l’invita à subir auscultation, palpation puis radio. »

Les 10 romans érotiques indispensables, Oui, Sade, bien sûr, mais aussi Musset, Apollinaire, Réage, Despentes…

Et nommés les personnages de Tintin (et les injures du Capitaine Haddock) et ceux de Harry Potter (saga de 325 millions d’exemplaires, traduite en 65 langues)…

Et puis les 117 romans de Georges Simenon représentant 25.000 pages. Traduits en 55 langues. Et vendus dans 44 pays...

Tout et plus encore…

Dans ce petit livre au format de vos carnets d’écriture…

Transportable dans un sac à main ou dans une poche de parka...

Ne vous en privez surtout pas !

Chaque page est une découverte nouvelle, une jolie friandise.

A déguster sans réserve…

Car ces friandises-là n’augmenteront pas votre taux de glucose, juste votre désir de lire encore et toujours plus…

« Ne cherchez donc plus, écrit Joseph Vebret dans son introduction, voici plusieurs centaines de faits surprenants, décalés, insolites, ahurissants, inattendus, singuliers, que l’on ne vous a pas appris à l’école. »

Et, lui, on le croit sur parole !

Liliane Langellier

Editions J'ai Lu. 9,90 €

 

      Présentation de l'éditeur

Saviez-vous que les experts se querellent encore sur l'origine du pseudonyme de Voltaire ? Que l'on ne peut démissionner de l'Académie française ? Connaissez- vous le nombre de personnages qui composent La Comédie humaine ? De prix Goncourt attribués à des romans parus chez Gallimard ? De fautes que vous commettriez à la fameuse dictée de Mérimée ? Des derniers mots d'Apollinaire à la première phrase de Voyage au bout de la nuit, ces Friandises littéraires offrent des centaines d'informations décalées, surprenantes, insolites, indispensables, inattendues, ou... parfaitement inutiles.

        Biographie de l'auteur

Né en 1957, Joseph Vebret a quitté le journalisme pour partager son temps entre lecture et écriture. Dramaturge, romancier, il anime Le Magazine des Livres.

 

Joseph Vebret, Friandises littéraires.

Joseph Vebret, Friandises littéraires.

Joseph Vebret - Friandises littéraires - Quatrième de couverture...

Joseph Vebret - Friandises littéraires - Quatrième de couverture...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article