Hier....

Publié le par Liliane Langellier

Hier, ça m'a pris comme ça...

D'un coup...

J'ai sauté dans ma Peugeot et j'ai filé vers Maintenon...

C'est que ça fait du bien toute cette verdure, toutes ces jolies fleurs de mai/juin....

Et j'ai enfin vu mon premier coquelicot...

Il était temps que je sorte la tête du guidon.

Mais le harcèlement, ça vous colle comme une mouche à du papier tue-mouche. Vous savez les rouleaux qui pendaient aux plafonds chez nos grands-mères...

Donc hier, je suis allée voir dehors si j'y étais.

Parce que le "Zizitube" en mode quotidien, c'est comme tout, ça lasse, hein ?

Surtout que ceux qui ne me connaissent pas, ils peuvent dire ce qu'ils veulent.

Mais j'ai une qualité : je souris tout le temps.

Pas béatement. Pas aux anges. Mais tout le temps.

Enfin revenons en mode "Escapade à Maintenon", son château, les livres de sa Maison de la Presse,  les macarons fourrés du patissier, etc...

Pour aller à Maintenon, il faut d'abord traverser Lormaye.

Là où Pierrot Quémeneur est enterré en trois endroits.

Alors, je vous le dis tout de suite....

Le village de Lormaye il est beau en toutes saisons.

Mais, là, on peut dire qu'il s'était distingué.

Est-ce parce qu'il est très irrigué ?

Il a au moins deux ruisseaux et une rivière qui le traversent : L'Eure, le Roulebois et la rivière aux tanneurs.

Est-ce parce qu'en entrée et en sortie, il a ses champs de blé ?

Pas comme ceux de la vraie Beauce. Plate et dure.

Ici,, on est en Vallée de l'Eure. Les champs montent et descendent.

Ils ont des rondeurs de femmes épanouies.

Et quand vient la Saint Jean, ils sentent juste un peu fort.

Parce qu'ils savent que ça ne va pas tarder.

Que les machines vont arriver.

Donc, de chez moi, j'ai la côte à monter, le parc du château à suivre et je tombe sur Lormaye.

Joli anagramme de Morlaix.

Et puis, et puis, j'ai aussi une bonne nature.

Quand j'en ai pris plein la tronche, je retrouve le monde réel comme s'il venait juste d'être créé.

Je m'extasie sur tout

Oui, genre "Les vacances de Monsieur Hulot", quoi...

Et, là, il m'en a fallu une bonne nature.

Parce qu'on a beau dire, l'autre taffa, j'avais encore jamais vu ça.

Mais qu'il se vende au plus offrant. 

Et surtout, surtout, qu'il m'oublie. A jamais.

Qu'il demande à notre avocat émérite de planter sa tente dans son jardin, dans son salon, dans ses toilettes...

Mais qu'il ne vienne plus polluer ma boîte mail et mes téléphones.

Surtout que moi, le côté "Zizitube", c'est pas vraiment ça...

Je n'ai jamais rencontré un homme avec ma chaine d'arpenteur.

Ce serait plutôt le style "Première rencontre".

Tiens, comme cette passion qui a bouleversé ma vie....

Le soir, où cet homme, a appuyé par erreur, en me regardant, sur le bouton de la table lumineuse du studio dessin. Où nous buvions un coup.

Et du coup, c'est moi qui l'ai vu.

Enfin, on s'est vu.

Et bon sang que c'est beau et bon l'amour quand c'est romantique.

Parce que, lui, il l'était.

Presque plus que moi.

Il était écrivain aussi.

Beaucoup plus que moi.

Les mots à peine prononcés. Les déjeuners en lousdé. Les appels du soir espoir.

Oui, pour moi, c'est ça "la passion"...

Le "Zizitube" c'est de l'occupation pour désoeuvrés de la tête.

Un homme, je regarde d'abord ses yeux, les fossettes de son sourire, sa main quand il me verse du Chablis. J'écoute le son de sa voix.

Le seul problème avec cet homme-là, c'est qu'il avait tout juste. Ou presque.

Alors, pour conjuguer un futur hypothétique, j'ai quelque handicap.

Oui, il me citait Shakespeare et Nabokov dans le texte, mais pas que....

Bon.

Tout ça pour dire que la zizitubie c'est une autre planète où je ne m'aventurerai jamais.

Seulement là, je suis lasse.

Et quand je suis lasse....

Je finis par agir.

Le dossier est prêt. Mon avocate est prévenue. Si le harceleur bouge encore un cil, on lui sort le grand jeu.

Et pas celui de la séduction, croyez-moi.

Non mais c'est pas pour dire, qu'il essaye de faire du bien aux autres plutôt que de me faire du mal à moi.

Le Secours Populaire cherche des volontaires.

Il y a plein de grands-mères seulettes qui en boivent de désespoir et qu'il pourrait visiter.

Il y a des clubs de gym pour les trop plein d'énergies.

Et des ateliers d'écriture pour aider à l'accouchement des mots.

Enfin... Bref... Qu'il s'occupe le Tintin et qu'il ne vienne plus me brouiller les ondes.

Parce que mon avocate....

Comment dire ?

Elle me connaît bien vu tous les cas sociaux que je lui ai ramenés pour les défendre.

Et elle va pas aimer du tout, mais pas du tout, que l'on me soûle quand j'ai pas soif.

A bon entendeur....

 

Liliane Langellier

Les coquelicots de Ploudal....

Les coquelicots de Ploudal....

Publié dans L'espiègle Lili

Commenter cet article