Ce matin...

Publié le par Liliane Langellier

Ce matin...

Ce matin, je n'irai pas compter combien de visiteurs sont passés sur mon blog Seznec hier...

Ce matin, je sais qu'il portait 309 articles, j'aurais quand même pu arrondir à la dizaine...

Ce matin, je ne suis pas même triste, juste un peu meurtrie...

Ce matin, je vais commencer une nouvelle vie loin des pleurs et des peurs qui ont rythmé mes derniers mois...

Ce matin, pas de bleu à l'âme, juste un goût amer qui passera en me brossant les dents;..

Ils diront ce qu'ils voudront...

Ils parlent toujours sans savoir...

Ils diront que "c'est encore l'un de ses coups de tête", "son mauvais caractère", "son impulsivité"....

Ils diront ce qu'ils voudront...

Mais il n'y a que moi qui sais...

Qui sais ce qu'ils m'ont fait...

Les pseudos, les mensonges à certains, les vérités à d'autres, les colères, les culpabilisations, et bien tout ça, c'est fini et bien fini.

Enfin pour moi.

Je ne saurai jamais si le dernier qui m'a téléphoné a menti. Ou non.

Je ne saurai jamais si j'avais mis ma confiance dans les bonnes personnes. Ou non.

Je ne saurai jamais le nom de celui avec qui j'ai correspondu 8 ans sous pseudo.

C'est une affaire délicate, disent-ils toujours.

Moi, je crois que c'est surtout une affaire avec beaucoup d'indélicats.

Chacun tirant la couverture à soi.

Chacun persuadé d'être le seul à occuper le lit de la vérité.

C'est une affaire délicate, disent-ils toujours.

Mais ils sont bien peu délicats les uns avec les autres.

C'est vrai que le dernier, il a été la cerise sur le gâteau.

Il a mis la dose samedi soir en me racontant tout et son contraire.

Il confond un peu ses haines personnelles et les réalités de la vie.

Mais j'étais pressée d'aller ailleurs et je l'ai cru.

Une seule chose est certaine.

Je ne connais pas le Finistère.

Et ils ne m'ont pas donné envie de le connaître.

Je garderai bien mes petits pieds de fouler sa terre.

Ils ont tout sali.

Pourtant ils sont fiers de...

Leur naissance, leur langue, leur appartenance...

Ils parlent un peu moins des coups qu'ils infligent à ceux qui ne sont pas nés là.

Juste un blanc dans leur histoire.

Ce matin...

Je ne leur en veux même pas...

Plus à plaindre qu'à blâmer...

J'ai perdu des mois et des mois de boulot en appuyant sur un seul et unique bouton.

J'ai gagné une liberté toute neuve en supprimant toutes ces lignes que j'avais tant aimé écrire.

Une liberté...

Un mot léger comme une libellule...

Un mot...

Qu'aucun d'eux ne pourra plus jamais altérer.

Un mot...

 

Liliane Langellier

Ce matin...

Ce matin...

Publié dans L'espiègle Lili

Commenter cet article

MX 19/05/2015 21:29

c'est dommage madame, c'était très intéressant votre blog.

Le fruit d'un travail remarquable .

Défitexte 18/05/2015 19:38

Je suis bien désolé de votre amertume ; je voulais juste vous témoigner que je suis de tout cœur avec vous.
J'aimerais être sûr "qu'ils" ne vous ont pas fait plus de mal que vous décevoir.
Et si vous écriviez le roman de votre intime conviction ?!
Continuez néanmoins à twitter !

Youenn 18/05/2015 19:29

Ce n'est pas possible. C'est sûrement une erreur ? Que dis-je, un attentat ! Pure lâcheté, en se dissimulant...Celui qui en est responsable n'est qu'un triste con, et là, ma vulgarité est si loin de la réalité. Un triste con. Un pauvre type. Savez-vous comment cela se dit en Breton ? Ur paour-kaezh den. Liliane Langellier, vous avez tout mon respect pour la tâche accomplie. Bien amicalement. Youenn

skeptikos 18/05/2015 17:58

J'ai mis un petit mot à l'attention de tous sur mon blog http://affaire.de.cadillac.over-blog.com/

skeptikos 18/05/2015 11:02

Sidéré, complètement sidéré....
Je suis complètement sidéré
Mais je crois vous comprendre
enfin, j'essaye...

alors, bon courage

et la valise reste toujours mouillée...