Les premiers grands ensembles de Massy Antony.

Publié le par Liliane Langellier

Antony, petit Massy, route de Chartes, à l'angle de l'avenue d'Orléans en 1933
Antony, petit Massy, route de Chartes, à l'angle de l'avenue d'Orléans en 1933

Ils avaient choisi ce coin de terre pour quitter Paris. Et venir à la campagne...

Ils avaient investi leurs économies durement gagnées dans une résidence secondaire. Qu'ils prévoyaient de devenir principales. A l'âge de leur retraite.

Et puis, un jour, de l'autre côté de l'avenue d'Orléans, ont commencé à pousser les cités champignons.

Ils étaient intimidés. Mais ils ont pris les choses du bon côté. Plus de commerces à proximité. Plus de cinémas. Plus de vies. Plus d'habitants.

De toutes façons, ils n'avaient pas le choix...

"Jeunes dans une ville neuve " : parmi les grands ensembles qui se sont construits autour de Paris depuis quelques années, celui de Massy-Antony est un des plus importants : 9200 logements. C'est une ville de près de 40 000 habitants qui se construit depuis 1960 et qui n'est pas encore terminée. Quelques éléments de la vie collective : une église sans clocher, un temple protestant et une synagogue. Que pensent les jeunes de la vie dans ce grand ensemble ? Beaucoup se plaignent de manquer de loisirs : pas de cinéma, pas de dancing, pas de café, et pourtant le groupe sportif a déjà plus de mille adhérents. Les foyers de jeunes et les centres culturels groupent ceux qui veulent faire quelque chose.Interview de deux jeunes filles travaillant au supermarché : elles donnent leur avis sur leur mode de vie, leurs amis, leurs conditions d'habitation. Elles disent que les logements sont mieux à Massy-Antony mais qu'il n'y a pas de distraction.Interviews de jeunes lycéens au self service du lycée, qui témoignent des difficultés d'adaptation qu'ils ont eues pendant environ un an " ils se sont sentis "perdus" jusqu'au jour où ils ont créé un foyer de jeunes et des activités : orchestres, ciné-club, camp de neige."Interview d'un élève : elle fait du basket.Interview d'un élève qui fait du football.Interview de deux jeunes jouant au baby-foot.Interview d'une jeune maman et ses trois enfants : elle habite l'ensemble depuis trois ans. Elle pense que souvent les femmes souffrent de l'isolement, cela peut aller jusqu'à la "dépression nerveuse".Interview de la fondatrice du cours de danse.Interview d'une jeune femme, mère de trois enfants qui a appris à danser à ce cours.Interview du jeune qui dirige le groupe théâtral. Il dit que le plus grand problème est celui des locaux.Interview d'un jeune relatant le tournage d'un film sur le vieux Massy et le nouveau : " il faut humaniser ce grand ensemble, il faut d'abord apprendre à se connaître".

Publié dans Sur la petite lucarne

Commenter cet article